«

»

Mai 16

On se forge une personnalité

Sartre[1]

(…Sartre a très bien parlé de la mauvaise foi:

On se forge une personnalité, et toute sa vie on essaie de coller à ce qu’on a décidé d’être.

Tout se passe comme si l’on se forgeait une image idéale de soi et que du matin au soir on s’efforçait de correspondre à cet idéal lointain.

Inutile de dire que tôt ou tard, ON SE CASSE LA FIGURE, et que cette chute occasionne mille tiraillements intérieurs ainsi qu’une souffrance inouïe.

De nombreuses douleurs sont induites par cette comédie intime que l’on ne cesse de jouer.

On joue un rôle pour obtenir de l’affection.

On joue un rôle pour être aimé.

D’où l’immense besoin de se sentir aimé inconditionnellement.

L’une des voies vers la liberté intérieure n’est pas à trouver dans l’affirmation de soi, comme on l’entend trop souvent, mais juste dans le fait d’être là.

JUSTE ÊTRE SOI, NI PLUS NI MOINS, ET ÊTRE OUVERT AUX AUTRES.).

Ce texte est extrait du petit traité de l’abandon d’ Alexandre Jollien .

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>